O Brasil que eu quero (Le Brésil que je souhaite)

O Brasil que eu quero (Le Brésil que je souhaite)
Ventura Profana, Laura Fraiz, Luiz Roque, Tony Camargo, BÁSICA TV

Une sélection proposée par Luiz Roque

O Brasil que eu quero (Le Brésil que je souhaite) est un dicton actuellement populaire au Brésil. Cette formule a été notamment utilisée pour nommer des artefacts culturels tels qu’une émission de télévision dominicale ou des chansons de funk carioca. Son hashtag rassemble un grand nombre de mèmes internet disséminés à travers le pays.

Les images évoquées par ce dicton sont souvent divertissantes et inspirantes. Elles permettent d’envisager des lendemains meilleurs pour le Brésil, qui traverse actuellement des temps sombres.

Ce programme rassemble les œuvres audiovisuelles récentes de six artistes brésiliens et d’un collectif uruguayen. La sélection est complétée par deux films de Luiz Roque sélectionnés en collaboration avec Andrea Bellini et présentés à différents moments du programme.

 

Ventura Profana, Resplandescente, 2019
Vidéo HD, 5 min 12 sec

Ventura Profana (1993, Salvador, Brésil) vit et travaille à Belo Horizonte, Brésil.
Fruit des entrailles mystérieuses de la mère Bahia, Ventura Profana prophétise la multiplication et l’abondance dans la vie noire, indigène et travestie. Imprégnée de la doctrine des temples baptistes, elle est à la fois pasteure missionnaire, chanteuse, écrivaine, compositrice et artiste visuelle. Sa pratique s’appuie sur l’étude des conséquences et des méthodologies de l’évangélisation au Brésil et au-delà, par la prolifération d’églises néo-pentecôtistes.

 

Laura Fraiz, Eu não vou parar até te destruir, 2018
Vidéo HD, 1 min 02 sec

Laura Fraiz (1996, São Paulo, Brésil) est une artiste brésilienne qui utilise la vidéo, la performance, la peinture, le son ou encore l’écriture pour créer des récits confessionnels et autobiographiques, autour des souvenirs, des secrets et des rêveries. Elle explore aussi les dualités, telles que la réalité et la fiction, la violence et le désir, le contrôle et la désobéissance.

 

Luiz Roque, O Novo Monumento, 2013

Courtesy Mendes Wood DM, São Paulo | New York | Brussels

Luiz Roque (1979, Cachoeira do Sul, Brésil) est un artiste attiré par le pouvoir des images et, en particulier, par les sensations visuelles. Son travail arpente les territoires de la science-fiction, de l’héritage du modernisme, de la culture pop et de la biopolitique queer. Ses œuvres se placent à l’interstice du cinéma, de l’art et de la théorie critique, dans le but d’engager un débat politique tant réel que fictionnel.

 

Tony Camargo, VP29, 2018
Vidéo digitale, 27 sec

Tony Camargo (1979, Paula Freitas, Brésil) a étudié les arts visuels à l’Universidade Federal do Paraná à Curitiba où il vit et travaille. Il réalise des peintures, des photographies, des vidéos et s’intéresse à une sorte de comportement prosaïque de l’être humain (« sujeito comum ») et à ses créations dans le monde d’aujourd’hui.

 

BÁSICA TV, Morphing, 2016
Vidéo, 30 sec

BÁSICA TV est un collectif formé en 2012 à Montevideo, Uruguay, composé de Guzmán Paz, Lulo Demarco et Emilio Bianchic. Leurs vidéos, photographies et installations tendent à un certain degré d’excès et proposent des contenus inspirés de la culture de masse, réinterprétés dans une perspective queer. Ils vivent et travaillent à Buenos Aires depuis 2015.