Musiche Visibili (Paysages de rêves) – Édition de septembre

Musiche Visibili (Paysages de rêves) – Édition de septembre
Sky Walking

Un projet curatorial de Gigiotto Del Vecchio

Musiche Visibili (Dreamscapes)
Édition de septembre avec Sky Walking

Air
Sky Walking
2021
Sky Walking joue une musique improvisée qui se déplace dans le subconscient. Leur nouvelle œuvre vidéo Air crée un espace ouvert dans lequel nous pouvons percevoir des notes non jouées et des sons subliminaux. Ses deux mouvements sont exécutés selon un modèle d’appel et de réponse, qui parle de rencontres joyeuses et d’une recherche sans fin de l’inattendu.

Crédits : Musique de w&p Peter M. Kersten, Christian Naujoks et Richard von der Schulenburg
Vidéo par Peter M. Kersten

Sky Walking est un projet collaboratif de Peter Kersten, Christian Naujoks et Richard von der Schulenburg. Par leur sélection idiosyncratique d’instruments – qui comprend divers synthétiseurs et claviers, un vibraphone, des cassettes et une cithare détruite – le groupe se concentre sur une musique non conventionnelle influencée par une multitude de genres. Fondé au Golden Pudel Club de Hambourg au début des années 2010, le groupe a depuis lancé son propre label qui a été présenté au Meakusma Festival à Eupen (Belgique, 2017), a organisé la série de concerts Sky Walking Laboratory au ACUD MACHT NEU de Berlin (2018) qui a accueilli des représentations d’Eve Essex, Sergei Tcherepnin, Nika Son entre autres. Plus récemment, le groupe a joué dans le cadre de l’exposition Broken Sounds / Remote Music – Prepared Pianos from the Archivio Conz Collection au KW Institute for Contemporary Art (Berlin, 2020) et 4fakultät au Resonanz Raum (Hambourg, 2021).

Musiche Visibili (Dreamscapes)

L’incapacité à rester immobile est l’une des caractéristiques fondamentales du son. Par sa nature même, la structure sonore connaît un mouvement constant dans lequel s’agrègent des formes et des accents dynamiques et élastiques. La musique va bien au-delà d’elle-même et de son caractère reconnaissable le plus évident, déplaçant toutes les définitions possibles du genre et de la structure. Musiche Visibili – musique visible – tire son titre d’une œuvre de 1977 de Walter Marchetti, un artiste et compositeur italien connu pour son travail lié à l’intersection de l’art visuel, de la performance et de la musique d’Avant Garde. Le but de ce projet, conçu pour la 5ème étage, est de créer une série de présentations, alternant vidéo et son avec des contributions musicales pures. Cette intersection de moments vise à reconfigurer deux aspects fondamentaux du travail des artistes invités : la performance comme ligne directrice visuelle et la redéfinition possible d’une esthétique pour la musique. « Lorsque j’écoute ce que nous appelons communément de la musique, j’ai le sentiment que quelqu’un me parle, me parle de ses sentiments, de ses idées, de ses relations… ».

La vision de Cage, représentée par cette pensée, prend la forme que Musiche Visibili recherchait : l’articulation du concept de musique sensible et visible à l’état pur ; un son qui renforce son action contradictoire en jouant avec l’inconscient, avec ses démons, ses visions. Une bonne écoute, une bonne vision. – Gigiotto Del Vecchio