Bone Draft

Bone Draft
Aria Dean

Draft – Cinq vidéos et une œuvre commandée pour l’occasion de Aria Dean seront publiées dans les prochaines semaines

Au cours de six semaines, six vidéos d’Aria Dean sont publiées chaque jeudi. Chacune d’entre elles disponible pendant sept jours seulement. Elles proposent un panorama des récentes production vidéo de l’artiste. Cette sélection s’achèvera par la présentation d’une nouvelle commande publiée le 30 avril, tirée du projet actuel d’Aria Dean, Bone Draft.

 

Dès le 7 mai 2020 : Bone Draft, 2020

Bone Draft est la dernière vidéo d’Aria Dean, produite par le Centre d’Art Contemporain Genève spécialement pour le 5e étage. Cette œuvre vidéo est la première d’une série d’œuvres évolutives, axées sur un objet proxy animé en 3D. Sous l’apparence d’une vigne kudzu, une plante parasite envahissante qui prolifère dans le sud-est des États-Unis et qui occupe une place importante dans l’imaginaire populaire, tant dans toute la littérature du Sud que dans l’imagerie post-apocalyptique. Ici, la vigne flétrit dans un espace non directionnel, accompagnée d’une composition du musicien Evan Zierk.

Les mouvements de la vigne sont générés à partir des données de capture de mouvements de danse de l’artiste, capturés et condensés dans un espace-temps singulier. La vie du parasite dépend donc de ces derniers, mais occulte ses origines humaines. L’artiste incarne une entité non humaine, momifiée dans sa procuration et modélisant une affinité ou une porosité étrange entre l’artiste–en tant que créatrice, produit ou encore sujet–et l’œuvre d’art en tant qu’objet de représentation et processus intrinsèque.

La composition de Zierk–également intitulée Bone Draft–réalisée en étroite collaboration avec Dean, hante l’objet dont la présence peut déjà être considérée comme gothique. Des éléments sonores de diverses versions de la Danse Macabre de Camille Saint-Saëns constituent le socle de cette bande son. Zierk utilise un traitement audio et des manipulations intensives, en travaillant avec différents arrangements de Danse Macabre et des données midi de la pièce elle-même comme matériel source pour produire de la bande à partir de fragments d’autres composition. Tout comme l’avatar qu’elle met en mouvement, cette pièce sonore opère une compression temporelle–agrégeant le médiéval, le classique et le contemporain–et se constitue elle-même de manière parasitaire. « Avant de prendre corps ou de devenir signal, le sonore – le son, pour être, doit faire trace. Tel un parasite, il a besoin avant toute chose d’un hôte pour exister. ». (extrait de Les mots et les sons de François Bonnet).

Bone Draft, 2020
Vidéo d’Aria Dean
Musique : Bone Draft d’Evan Zierk

Réalisé avec le soutien supplémentaire de Pioneer Works Tech Residency

 

 

Publiés Précédemment

Du 19 au 25 mars 2020 : Eulogy for a Black Mass, 2017
compilation narrative qui superpose des vidéos partagées sur les réseaux sociaux à une voix off qui interroge les systèmes façonnant la signification et la perception de la blackness. Les memes d’internet constituent le socle de la recherche de Dean. Elle rapproche ces derniers au fait d’être noir, chacun pouvant en effet être considéré comme une entité dynamique qui circule à travers des réseaux et reflète la mutabilité de leurs caractéristiques mutuelles.

Du 26 mars au 1er avril 2020 : (meta)models “I” is a crowd (demo), 2019
(meta)models “I”is a crowd (demo)
se réfère au langage visuel des clips de musique hip-hop. Aria Dean examine dans cette vidéo la structure cinématographique de ces productions et leur rôle, non seulement dans la création d’images de sujets noirs, mais aussi dans l’élaboration d’une expérience cinématographique noire tangible. Dean cherche ainsi à déconstruire les diverses strates iconographiques et symboliques du genre pour cartographier les relations structurelles propres au sujet racisé.

Du 2 au 8 avril 2020 : River Called Death, 2017
A River Called Death appartient à une série de travaux de Dean qui s’appuie sur la rivière Yazoo au Mississippi et ses environs – d’où est originaire le grand-père paternel de l’artiste – pour explorer l’héritage réel et fictionnel du sud des États-Unis. Dans cette vidéo, des captations de la rivière sont interrompues par des « bips » de censure et le récit fictif d’un homme fantôme apparaît en sous-titres. Cette juxtaposition confuse d’images, sons et textes souligne le rôle complexe des médias visuels dans la présentation des conditions des noirs américains.

Du 9 au 15 avril 2020 : But as one… (rework, feat.), 2019
Dans sa pratique, Dean sonde continuellement ce qui pourrait constituer une ontologie de la blackness. Cette vidéo aborde cette question en alignant de manière dense diverses scènes de foules, extraites de clips de musique hip-hop et transférées en noir et blanc. Cette œuvre muette et rythmée, dépeint une sorte de structuralisme hip-hop, dans lequel les assemblages d’images en mouvement amplifient la condition ontologique particulière en jeu.

Du 16 au 29 avril 2020 : Production for a Circle, 2019
Dans Production for a Circle, deux jeunes couples branchés se retrouvent pour un dîner mais tout s’écroule. Les quatre personnages traversent une crise de subjectivation qui les conduit à oublier qui ils sont, qui sont les autres et quelles sont les frontières qui les séparent. Cette vidéo est la documentation de cette pièce, produite par le Centre d’Art Contemporain Genève et présentée en première en octobre 2019.

Vidéos courtesy de l’artiste et Chateau Shatto, Los Angeles