Almusibli Panorama, Avril 2021

Almusibli Panorama, Avril 2021
Nelson Schaub, Miruh Frutiger, Shamiran Istifan

Une proposition de Mohamed Almusibli

Chaque mois, le curateur helvético-yéménite Mohamed Almusibli fait dialoguer une sélection d’œuvres digitales récemment produites par des artistes suisses ou vivant et travaillant en Suisse dans la section Works du 5e étage. À l’issue d’une année de programmation, un panorama des territoires et des formes qui émergent de la scène artistique helvétique dans toute sa diversité sera ainsi dessiné.

Programme présenté avec le soutien de Pro Helvetia.

 

Nelson Schaub
I’m Tiny
2021, 7’06 »
I’m Tiny est un clip vidéo d’une chanson produite par un être minuscule. Une tentative de couper court à une discussion qui n’avait pas lieu d’être en premier lieu.

Nelson Schaub (né en 1995, Genève) vit et travaille à Genève. Il est formé au sein du WORK.MASTER à la HEAD – Genève. Son travail porte un intérêt aux produits culturels mainstream, de leur production, en passant par leur consommation jusqu’à leur réappropriation. A travers ces références, il explore des thématiques comme les moyens de performer des féminités, la solitude chez les personnes marginalisées, la créativité comme échappatoire, les notions de mal ou bien fait. Par le biais de la performance, le dessin numérique, la création d’habits et la musique (sous le pseudo Maitre Peintre), se crée des narrations étranges où se croisent de multiple personnalités et personnages.

 

Miruh Frutiger
THE LIBRARY IS OPEN
2020, 3’3 »
Le film THE LIBRARY IS OPEN examine les conséquences de la violence physique et mentale dans le cadre des crimes de haine. L’objectif est de recycler les pensées et les émotions négatives en énergie positive. En outre, il remet en question l’accès à la connaissance, la forme d’éducation individuelle liée à son propre passé et le développement humain. En utilisant la métaphore d’un « livre silencieux », elle souligne l’interruption de l’enrichissement des connaissances et de la formation continue. En regardant à travers des lunettes violettes, le monde peut apparaître différemment et réveiller un côté rêveur de soi-même. Le rêve et la réalité s’entremêlent et donnent naissance à un nouvel état d’esprit.

Réalisé et édité par : Miruh Frutiger
Directeur de la photographie : James Bantone
Musique : Smerz sur NTS – Sexy Vocal Mix 09.04.2019

Miruh Frutiger (née en 1996, Suisse) est une historienne de l’art et une artiste qui vit et travaille entre Berlin et Zurich. Il s’intéresse à l’art contemporain ancré dans notre vie quotidienne et à l’impact qu’il a sur nous.

 

Shamiran Istifan
Ex Amore Vita (Daburka)
2020, 5’46 »
Ce film fait partie d’une série de vidéos à plusieurs niveaux intitulée Ex Amore Vita, qui s’articule autour de souvenirs de mariages diasporiques durant les premières années du millénaire. Le projet explore la politique spatiale subtile de ces célébrations, où coexiste à la fois rassemblements et division des sexes. Dans la diaspora assyrienne, où l’artiste a grandi, ces marriages sont hautement symboliques. Ce groupe indigène réduit et dispersé dépend en effet de lieux sûrs dans lesquels organiser ces évènements. Malgré leur fragilité, ces communautés sont soudées par ces rassemblements qui célèbrent non seulement une union, mais aussi la promesse de résilience que cette dernière représente pour la communauté. Cette série met donc en lumière ces lieux sécurisants, et le microcosme que sont les toilettes – un lieu sûr pour les femmes leur permettant de discuter, fumer ou se détendre en toute liberté. En parallèle, Ex Amore Vita célèbre également les espaces de sororité subalternes qui émergent dans le monde de l’art en Suisse, leur dynamisme en termes de créativité collective et l’absence de compétitivité dans un système encore principalement dominé par les hommes.

Dans Darbuka, extrait de la série, un joueur de Darbuka (Armen Ohanian, cousin de Shamiran) joue une série de rythmes sur le tambour tandis qu’un texte présente 10 étapes sur « Comment devenir un patron » extraites d’un « forum d’hommes » en ligne. La pièce explore les attentes et les performances de la masculinité contemporaine au sein des communautés de la diaspora, avec une tension établie entre les aspirations machistes des « 10 étapes » et le jeu de tambour presque tendre du joueur dont les sentiments ne sont pas exprimés.