Almusibli Panorama, Mai 2021

Almusibli Panorama, Mai 2021
Ali-Eddine Abdelkhalek, PRICE, Nusser Glazova

Une proposition de Mohamed Almusibli

Ces œuvres sont présentées dans le cadre de la programmation Almusibli Panorama. Chaque mois, le curateur helvético-yéménite Mohamed Almusibli fait dialoguer une sélection d’œuvres digitales récemment produites par des artistes suisses ou vivant et travaillant en Suisse dans la section Works du 5e étage. À l’issue d’une année de programmation, un panorama des territoires et des formes qui émergent de la scène artistique helvétique dans toute sa diversité sera ainsi dessiné.

Programme présenté avec le soutien de Pro Helvetia

 

Ali-Eddine Abdelkhalek
ZWĀJ
2014-21, 14′

Cinq mariages, trois générations et un film. Ali-Eddine Abdelkhalek, documente un moment de vie traditionnel important au sein de sa famille à Oran, en Algérie. Filmé sur une période de 6 ans, le film passe en revue les différentes étapes, très codifiées, de la célébration du mariage ou se mêle tradition et modernité sur un fond toujours kitsch.

Ali-Eddine Abdelkhalek (1989, Neuchâtel, Suisse) vit et travaille à Lausanne.  Diplômé de l’ECAL en 2013, il travaille en tant que graphiste à la Cinémathèque suisse durant 3 ans et en indépendant avec EUROSTANDARD (collectif fondé avec Pierrick Brégeon et Clément Rouzaud). Ensemble, ils réalisent des mandats de communication visuels pour des clients du secteur culturel. Parallèlement, il développe sa pratique personnelle liée à la vidéo et l’infographie. Par ce biais, il a collaboré avec Soraya Lutangu Bonaventure, Ella Soto, Aïsha Devi, Tamara Alegre, Maud Hala Chami et David Dos Santos (ZRO21), Fatima Wegmann Guinassi et Moesha13.
Depuis 2018, il enseigne à l’ECAL et à l’ERACOM. Il a récemment créé, avec Steven Mbikayi Kadima, l’initiative vestimentaire panafricaine nommée Article 15.

 

PRICE
Mantras for a Club (sequences)
2020-21, 26′

Cette performance vidéo fait partie d’une série processuelle ; résultat de la recherche de performance réalisée avec divers collaborateurs pour le projet Mantras for a Club (sequences) de PRICE (2019-en cours). En itérant dans différents espaces, PRICE crée des scénarios sonores et spatiaux dans lesquels les individus explorent leur état d’exposition, offrant un terrain d’essai pour la planéité, l’artificialité et l’affect. Utilisant la répétition physique comme une invocation de formes de théâtralité, PRICE manipule les formes d’intimité pour offrir un voyage imaginaire et une réflexion sur la collectivité, l’intériorité et l’intersubjectivité.

Mantras for a Club (séquences) emprunte les contenus d’une représentation au Theater Neumarkt Zürich datant de décembre 2020. Les individus exagèrent et amplifient la performance d’une version publique de soi, créant une ellipse de consommation. En affichant la production de valeur émotionnelle jusqu’à l’épuisement, PRICE centre le besoin contemporain de performance constante. Le regard de la caméra se concentre sur le point de vue interne et externe de l’interprète, naviguant entre (et donc compliquant) la relation entre la périphérie et le centre. PRICE puise dans un canon de modes de comportement produits synthétiquement pour former ce qu’il appelle « la chorégraphie de l’œuvre ». En utilisant le langage théâtral du néo-baroque et de l’imaginaire, l’œuvre produit un « altération » continue dans un défi à l’exotisation que les politiques du corps mettent en œuvre.

PRICE (1986) vit et travaille actuellement entre Rome et Zürich. Le travail de PRICE se caractérise par des paysages sonores, des costumes et une scénographie élaborée, souvent développés dans le cadre de constellations collaboratives. Ses productions jouent avec les attentes du public quant à la personnalité exposée et ostensiblement authentique du performeur, qui émet sous leurs yeux. Elles sont entrecoupées d’éléments de décor pop-culturels, de sons mécaniques, de rythmes et de sa propre voix. La voix est un élément central de son travail. PRICE la considère comme une forme acoustique de communication émotionnelle qui échappe à l’impératif du langage pour créer du sens. Dans l’œuvre de PRICE, différents espaces – chacun avec ses propres économies, mécanismes d’historisation et d’exclusion, normes et potentiels – se superposent : la scène du théâtre et de la performance, le club, l’espace numérique, le défilé de mode, l’espace d’exposition. Le drame connu sous le nom de PRICE se déroule sur la toile de fond d’espaces divisés en leurs parties individuelles et constitutives.

CREDITS
PRICE avec les performeuses Camille Cléadon Decraux, Tamara Alegre, Tiran Willemse Normanson
Caméra : Mirjam Graf & Chantal Kaufmann
Clarinette : Ivan Cheng
Guitare : Federico Capon
Titre « Life » composé et produit avec Cecile Believe, Modulaw et Tobias Koch Avec la contribution vocale de Cecile Believe et Thibault Lac
Conception du rideau en collaboration avec Victor Barragán
Consulting production : Eva Buehler
Production : Rebecca Ammann
Assistants de production : Olivia Bertschinger, Paolo Mereu
Mules en cuir par I S E
Sous-vêtements en tricots par IAHAI
Co-Produit par Stadtgalerie Bern, Arsenic Lausanne, Theater Neumarkt Zürich 

 

Nusser Glazova
Two in a Million
2021, 9′

Two in a Million est une vidéo fictive de candidature à un concours de beauté appelé Miss Züri 2021, dans laquelle Julia Nusser et Tereza Glazova sont toutes deux en lice. Tout en montrant leurs talents de défilés, de poses et de danseuses, les filles, heureuses de vivre, partagent des bribes de leur histoire. D’une manière charmante et tendre, mais désespérément vaniteuse et compétitive, elles abordent des sujets tels que la perception de la beauté, la croissance, la classe sociale, l’adaptation culturelle, la solitude et la scène artistique.

Julia Nusser (*1991, Hassfurt, Allemagne) et Tereza Glazova (*1996, Riga LV) alias Nusser Glazova est un duo basé à Zürich qui traite de la féminité dans un contexte de culture pop. Elles créent des vidéos, des performances et des sculptures semi-autobiographiques dans la lignée d’un kitsch post-ironique aux accents résolument résistants et émancipateurs.