Autour de « Females »

Autour de « Females »
Andrea Long Chu

« Tout le monde est femme, et tout le monde déteste cela. »

 

Females (Verso Books, 2019) est une étude unique en son genre d’Andrea Long Chu sur le sexe et le mensonge, les artistes désespérés et la politique irresponsable, l’étouffement du genre et la force punitive du désir.

 

S’inspirant d’une pièce oubliée de Valerie Solanas, la femme qui a écrit le SCUM Manifesto et tiré sur Andy Warhol, Andrea Long Chu s’attaque avec un esprit corrosif et une intuition chirurgicale à l’art performatif, la psychanalyse, les incels ou encore le porno. Elle a même quelques piques destinées aux féministes comme elle. À chaque étape, elle défend l’affirmation indéfendable selon laquelle la féminité est moins un état biologique qu’une condition existentielle fatale qui afflige toute la race humaine – hommes, femmes et tous les autres. Ou peut-être qu’elle ne fait que se projeter.

 

Une nouvelle personnalité passionnante, à qui l’on attribue le lancement de la « deuxième vague » d’études trans, Chu montre aux lecteurs comment écrire pour la vie, en s’attachant à son moi intérieur avec un sens de l’humour morbide et une sorte d’espoir mordant.

 

« J’ai découvert ce livre pendant la récente période de confinement et je pense qu’il est absolument indispensable. Avec une ironie intelligente et une approche anti-dogmatique de la à lire absolument. Andrea Long Chu est une théoricienne aux méthodes très personnelles ; elle exprime ses préoccupations à travers une série de blagues – plus ou moins sérieuses, plus ou moins crédibles – qui, révèlent toutefois une préoccupation théorique très fine et stimulante.

J’ai demandé à Andrea de nous présenter elle-même, en vidéo, son livre »

Andrea Bellini